Nos astuces pour gérer la régression du sommeil des 8 mois.

Ce qu'il y a de plus frustrant avec le sommeil des tout-petits, c'est qu’une fois passé le cap de la régression du sommeil des 4 mois, les problèmes ne sont pas terminés ! En effet, on dénombre en moyenne 4 épisodes de régression avant les 2 ans des enfants : vers les 4 mois, 8 mois, 1 an et enfin à 2 ans. 

Aujourd’hui, c’est la régression des 8 mois qui nous intéresse. Elle désigne en réalité une période se situant généralement entre 36 et 40 semaines de bébé et voilà nos conseils pour la traverser en douceur.

 

I. À quoi la régression du sommeil des 8 est-elle due ?

Comme nous l’expliquions dans notre article sur la régression du sommeil des 4 mois, la régression du sommeil est un bouleversement temporaire des (bonnes) habitudes de sommeil de bébé, qui se traduit par des réveils nocturnes supplémentaires ou de courtes siestes. Il peut aussi se manifester par des difficultés à s'endormir, des réveils nocturnes ou très (trop) tôt le matin !

En général, ces phases sont une bonne nouvelle, car elles se manifestent lorsque les bébés apprennent de nouvelles choses et interagissent plus avec leur environnement. La régression des 8 mois ne fait pas exception et est souvent et est souvent causée par trois grands facteurs :

  • Le développement physique, avec l’acquisition de la position assise, la capacité de ramper et le fait de se tenir debout. Des recherches montrent d'ailleurs que le fait de ramper est généralement l'activité qui perturbe le plus le sommeil des bébés ! Enfin, c’est également à cette période que les premières dents commencent à pousser, ce qui ne simplifie pas les nuits de bébé.
  • Le développement cognitif, avec l'absorption progressive du langage et les premières angoisses de séparation qui marquent une étape fondatrice dans la construction et l’autonomisation des enfants en se manifestant lorsque vous quittez la pièce.
  • Les changements dans les besoins du sommeil lorsque les enfants passent de trois à deux siestes par jour (si cette transition n’est pas déjà faite).
 

II. Comment identifier la régression du sommeil des 8 mois ?

Votre premier réflexe pourrait être de penser que les troubles du sommeil sont dus à une maladie, une otite ou une poussée dentaire. C'est souvent une bonne piste qui mérite d’être étudiée ! 

Toutefois, si la perturbation du sommeil dure plus de trois ou quatre jours, vous pouvez supposer plus sûrement qu'il s'agit d'une régression du sommeil grâce à plusieurs signes, dont notamment : 

  • Le refus de faire la sieste.
  • Des réveils réguliers en pleine nuit.
  • Des repas plus longs et / ou un plus gros appétit.
  • Une heure de coucher plus tardive qu’à l’accoutumée.
  • Une étape importante de développement mentionnée précédemment.

 

III. Comment gérer la régression à 8 mois ?

1. La routine de sommeil de votre bébé est votre alliée !

De manière générale, rien ne vaut un rituel bien rôdé et répété pour aider les enfants à s'endormir en leur faisant comprendre qu’il est bientôt l’heure de se mettre au lit. Comme discuté dans notre article sur le sommeil des bébés, une bonne routine doit être simple et, surtout, répétitive.

Le problème, c’est qu’avec la suppression de la troisième sieste vers 8 mois, il est temps d’adapter (un peu) le rituel en modifiant les heures de siestes et de coucher. 

Ainsi, pour un bébé de 8 à 10 mois, on recommande généralement un temps d'éveil de 3 à 4 heures entre la dernière sieste et le coucher pour éviter qu’il ne se couche trop fatigué (ce qui à un impact négatif sur la qualité du sommeil).

Toutefois, de manière générale, il est recommandé de maintenir la routine de sommeil habituelle afin de ne pas rajouter inutilement du stress à bébé.

 

2. Adaptez son environnement de sommeil.

En grandissant, les enfants s'intéressent davantage à leur environnement, il est donc (encore) plus important de leur offrir une chambre sombre et calme pour dormir. Les rideaux occultants et les appareils ou applications de bruit blanc peuvent par exemple aider à créer un environnement apaisant sans trop se compliquer la vie !

 

3. Préparez-vous pour l'anxiété de séparation. 

Par ailleurs, pour minimiser l'anxiété de séparation, essayez de passer beaucoup de temps avec vos enfants pendant la journée et d’introduire de courts moments de séparation afin de l'aider à comprendre que, même si vous êtes hors de vue, vous êtes toujours là et que vous reviendrez.

Pendant la nuit, en cas de pleurs, il peut être utile de laisser votre bébé vous voir lorsqu'il se réveille ou qu'il n'arrive pas à se calmer tout en vous assurant que les visites soient aussi brèves que possible.

 

4. Restez zen, la régression des 8 mois est temporaire ! 

N'oubliez pas que la régression du sommeil des 8 mois est courte et se termine généralement en quelques semaines, alors tenez-vous-en à votre routine et veillez à ne pas créer de mauvaises habitudes que vous ne souhaitez pas mettre en place à long terme.

Aussi, si votre enfant ne dormait pas bien avant ses 8 mois, tout n’est peut-être pas attribuable à la régression du sommeil, en cas de doute, demandez un avis à votre pédiatre !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.