10 questions que l'on se pose sur l'allaitement

Tout d'abord, soulignons un point essentiel : il ne faut pas ajouter l’allaitement à la liste de toutes les choses qui servent à faire culpabiliser les mamans.

Lorsqu'il s'agit de prendre soin de votre bébé, le principal, c'est qu'il mange, peu importe la solution. Si vous avez du mal à allaiter, si vous êtes épuisée ou si vous préférez simplement le biberon : c’est également très bien

Ceci étant dit, l'OMS recommande de nourrir les nouveaux nés au lait maternel jusqu’à 6 mois. Dans cet article, nous revenons en détail sur dix idées reçues répandues concernant  l'allaitement maternel !

 

1. L’allaitement est automatique et possible pour toutes les mamans.

FAUX.

On ne le dira jamais suffisamment: l’allaitement n’est pas un acte inné, possible, facile ou voulu pour toutes les mamans. 

Pour celles qui le désirent, c’est une mécanique à apprendre, une gymnastique qui évolue avec la pratique. Il faut apprendre à trouver la bonne position pour bien placer son bébé et trouver un bon rythme pour l'allaiter. 

Par ailleurs, il ne faut surtout pas confondre l’amour maternel et l’allaitement ! Une femme qui n’arrive pas ou ne souhaite pas allaiter n’est (évidemment) pas une mauvaise mère.

 

2. Plus un bébé tète, plus la maman produit du lait.

VRAI.

Le corps d’une maman s’adapte aux besoins de ses enfants et la production de lait est une réponse directe à la stimulation des seins par l’enfant lors de l'allaitement.

Ainsi, plus le bébé tète, plus la production de prolactine (l’hormone à l’origine du lait maternel) augmente. À l’inverse, la quantité de lait produite diminue également lorsque l’enfant réduit sa consommation.

 

3. Le lait maternel renforce les défenses immunitaires des nourrissons.

VRAI.

Avec l’allaitement, la maman transmet ses propres anticorps au bébé, ce qui lui permet d’améliorer son système immunitaire. Des études de l’OMS ont ainsi démontré que les bébés allaités présentaient des risques plus faibles d’otites, de gastro-entérites ou de diarrhées.

 

4. Le lait de certaines femmes n’est pas suffisamment riche.

FAUX.

Toutes les mamans produisent un lait nourrissant qui contient ce dont les bébés ont besoin. Ce qui est vrai, c’est que la composition du lait varie en fonction de nombreux facteurs.

Si vous craignez que votre bébé ne reçoive pas suffisamment de lait ou si vous avez l'impression qu'il ne se nourrit pas suffisamment, parlez-en à votre médecin ou consultez un spécialiste de l'allaitement. Il est probable que le problème puisse être corrigé par quelques changements dans votre routine ou une modification de votre technique d’allaitement :

Si un bébé ne grossit pas assez grâce au lait de sa mère, ce n’est pas la composition de celui-ci que l’on vérifiera, mais plutôt le transfert optimal du lait, la bonne conduite de l’allaitement ou encore l’état de santé global du bébé”. (C. Hervé, Consultante en Lactation)

 

5. Allaiter est plus difficile lorsqu’on a une petite poitrine.

FAUX.

La production de lait dépend des glandes mammaires, la taille de la poitrine n’a donc aucun impact sur la possibilité d’allaiter ou sur la quantité de lait.

Chaque femme est capable d’emmagasiner une certaine quantité de lait dans ses seins entre chaque tétée. Toutefois, si cette capacité maximale varie d’une femme à l’autre, la quantité de lait évolue de manière totalement indépendante à la taille des seins.

 

6. Allaiter devrait être indolore.

VRAI.

De nombreuses mamans trouvent l'allaitement inconfortable et parfois même douloureux. Toutefois, l’allaitement maternel ne devrait normalement pas entraîner ces désagréments

En cas de gêne, douleurs, frottements, lésions, il est donc recommandé de demander conseil à votre sage-femme, votre infirmière ou des spécialistes de l’allaitement. En effet, ces problèmes sont souvent le résultat d’une mauvaise position et peuvent généralement disparaître grâce à des ajustements sur la position pour allaiter ou à la prise du bébé.

 

7. La mère doit suivre une alimentation spécifique pendant l’allaitement.

FAUX.

Sauf cas particuliers, pas besoin d'un régime spécial pendant l'allaitement. Toutefois, il est essentiel de maintenir une alimentation saine, variée et équilibrée pendant l’allaitement (comme durant la grossesse). Si certains aliments sont toujours à éviter - par exemple certains poissons d’eau douce comme le brochet - la maman peut globalement consommer de tout.

Il est d’ailleurs conseillé d’essayer divers aliments durant la période d'allaitement, même ceux forts en goût comme le chou, afin de les faire découvrir en douceur aux enfants. Par exemple, à moins que vous ne soyez vous-même allergique aux cacahuètes, les dernières recherches suggèrent qu’un enfant sera moins susceptible de développer une sensibilité à ces aliments s’ils sont introduits au cours de sa première année via l’allaitement.

 

8. Allaiter permet de perdre du poids

MEH.

Entre la production du lait et les tétées, allaiter un bébé n’est pas de tout repos pour l’organisme ! On estime qu’il est possible de brûler entre 500 et 600 calories par jour. Cela signifie que certaines mamans peuvent finir par perdre du poids en allaitant “grâce” à ce phénomène. 

Toutefois, et comme à chaque fois: il n'y a pas de règles fixes et rien ne vaut une alimentation saine sur cette question.  

 

9. Il est possible de conserver du lait maternel au congélateur.

VRAI.

Il est possible de conserver une partie du lait maternel au congélateur pendant 4 mois, à condition qu'il soit maintenu à une température de -18 C. Pour ce faire, le lait peut être placé en petite quantité (pour éviter le gaspillage) dans des récipients stérilisés ou des sacs spéciaux.

Pour l’utiliser, sortez le lait du congélateur et placez-le au réfrigérateur le temps qu’il se liquéfie. Une fois décongelé, ne recongelez jamais et jetez tout ce qui n'a pas été bu dans l'heure qui suit.

 

10. Il est possible de faire un don de lait maternel.

VRAI.

Comme pour le sang, le don de lait maternel est vital pour aider à sauver la vie de certains bébés prématurés qui ne peuvent pas téter ou ne supportent pas encore le lait de vache, ou dont les mères - pour une raison quelconque - ne sont pas en mesure de fournir du lait maternel. 

Ces dons sont réalisés dans des lactariums présents un peu partout en France.

 

Photo : @itfeelslikefilm

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.